L'insuffisance mitrale et ses traitements

Inssufisance mitrale

C’est l’une des pathologie traitée par la chirurgie des valves cardiaques. L’insuffisance mitrale est une fuite de la valve mitrale qui entraîne un reflux anormal de sang du ventricule gauche vers l’oreillette gauche lorsque le ventricule se contracte. Elle résulte d’un défaut de fermeture de la valve mitrale qui est généralement occasionné par des lésions progressives de l’appareil valvulaire mitral.

L’insuffisance mitrale est la valvulopathie qui nécessite le plus fréquemment un recours à la chirurgie. Son importance est mesurée par échographie et sa sévérité est classée sur une échelle de 1 à 4. Elle affecte 10% de la population de plus de 75 ans.

Origine de la valvulopathie mitrale

La principale cause d’insuffisance mitrale est le prolapsus mitral. Ce prolapsus est lié soit à un excès de tissu au niveau d’un feuillet valvulaire soit à une rupture de cordage entrainant une excursion au-delà du plan de fermeture normal. Ce prolapsus peut être d’origine congénitale ou dégénératif.
L’insuffisance mitrale peut aussi être d’origine ischémique, soit de façon chronique lorsque le diamètre des artères coronaires est réduit soit de façon aiguë compliquant un infarctus du myocarde.
Enfin l’insuffisance mitrale peut être:

  • fonctionnelle par dilatation du ventricule gauche que l’on retrouve dans de nombreuses pathologies cardiaques
  • infectieuse par destruction de la valve par un germe (endocardite infectieuse).

Symptômes

L’insuffisance mitrale peut rester longtemps asymptomatique. Le symptôme principal est l’essoufflement, il apparaît d’abord uniquement à l’effort, puis en position allongée et au repos, on parle alors d’insuffisance cardiaque gauche. On retrouve aussi fréquemment des troubles du rythme cardiaque (palpitations, tachycardie) et des morts subites.

Traitement médical

Le traitement médical est quasiment toujours indiqué et doit être adapté au stade de l’insuffisance mitrale.

Il peut comprendre :

  • Des médicaments vasodilatateurs
  • Des diurétiques si besoin
  • Des anticoagulants si besoin
  • Une prévention du risque d’infection si besoin

Si l’insuffisance mitrale est asymptomatique et ne remplit pas les critères chirurgicaux à l’échographie, on se contente alors d’une surveillance tous les 6 mois avec une échographie cardiaque et une consultation en cardiologie.

Intervention chirurgicale valve mitrale

Le traitement chirurgical est indiqué si l’insuffisance mitrale est symptomatique ou selon des critères à l’échographie cardiaque si elle est asymptomatique.

Deux types d’interventions chirurgicales sont possibles.

La plastie mitrale

C’est l’intervention de choix qui consiste à conserver et réparer la valve existante. Cette technique permet d’éviter un traitement anticoagulant.

Cette intervention est réalisée sous anesthésie générale et nécessite la mise en place d’une circulation extracorporelle. Lorsqu’il est possible, l’abord se fait par une petite ouverture entre les côtes (chirurgie mini-invasive par mini-thoracotomie vidéo-assistée) et permet de ne pas avoir recours à la sternotomie.

Un contrôle de la réparation mitrale est systématique par échographie trans-œsophagienne afin de s’assurer d’un bon résultat et avant de retirer la circulation extra corporelle.

Anneau de plastie mitrale

Le remplacement valvulaire mitral

Lorsque la valve est trop abîmée et sa conservation impossible ou en cas d’échec de la valvuloplastie il faut alors avoir recours à un remplacement valvulaire.

Une nouvelle technique : la réparation mitrale percutanée

Cette technique récente s’applique aux patients contre-indiqués en chirurgie.
Voir notre article sur le Mitraclip