Risques cardio-vasculaires:les différents facteurs que l’on peut contrôler

Au-delà de l’hérédité, du sexe et de l’âge qui sont des facteurs sur lesquels il est impossible d’intervenir, il est possible d’agir sur de nombreux autres facteurs de risque cardio-vasculaire pour les repousser.

Les facteurs de risque ne s’additionnent pas, ils se potentialisent, c’est-à-dire qu’ils s’aggravent l’un dans l’autre. Ainsi, l’association de plusieurs facteurs de risque, même s’ils sont de faible intensité, peut entraîner un risque très élevé de maladie cardio-vasculaire. Par exemple, si un patient possède une tension artérielle modérée, une faible intolérance au sucre, un cholestérol moyennement élevé et est un petit fumeur, il devient beaucoup plus sujet à des risques cardio-vasculaires que quelqu’un qui aurait seulement un cholestérol très élevé isolément.

Voici les facteurs que l’on peut contrôler pour réduire les risques :

  • Le tabac : entre 30 et 70 ans, 4 décès cardio-vasculaires sur 10 sont dus au tabagisme,
  • L’hypertension artérielle, une pression artérielle trop élevée,
  • Le diabète, un excès de sucre dans le sang,
  • L’excès de cholestérol : un taux trop élevé de LDL-cholestérol dans le sang. Un taux trop bas est également un facteur de risque
  • L’obésité et le surpoids : il faut être vigilant si le tour de taille est ≥ 88cm chez la femme et ≥ à 102 cm chez l’homme,
  • La sédentarité: elle contribue à la survenue ou à l’aggravation de plusieurs facteurs de risque (hypertension artérielle, diabète, surpoids,hypercholestérolémie…)
  • L’alcool: plus de trois verres par jour chez l’homme et deux chez lafemme, augmentent le risque cardio-vasculaire.

Santé et coeur les bons gestes

Mode de vie : les bons gestes pour votre cœur

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès au monde. En France il s’agit de la deuxième cause de décès après le cancer. Parmi ces maladies, on compte :

  • Les cardiopathies coronariennes (infarctus / crise cardiaque) ;
  • Les maladies cérébrovasculaires (accidents vasculaires cérébraux) ;
  • L’hypertension Les artériopathies périphériques ;
  • Les cardiopathies rhumatismales ;
  • Les malformations cardiaques congénitales ;
  • L’insuffisance cardiaque.

Il n’existe aucun médicament ou examen pour prévenir et détecter les arrêts et crises cardiaques, le seul moyen de prendre soin de votre cœur est d’avoir une bonne hygiène de vie, et ce depuis le plus jeune âge.

Par des adaptations de votre mode de vie, vous pouvez contribuer à améliorer votre forme physique et votre bien-être. Pas besoin pour cela de tout changer du jour au lendemain. Essayez d’intégrer peu à peu de nouvelles habitudes saines à votre vie quotidienne.

Santé et coeur les bons gestes

Adapter son alimentation

Pour une alimentation saine pour votre cœur, vous pouvez vous inspirer de l’alimentation dite méditerranéenne. En effet, dans de nombreuses études, cette alimentation s’est avérée particulièrement bonne pour le cœur et la circulation. Voici les principaux éléments :

  • Manger tous les jours des légumes, fruits ou salades (riches en fibres) ;
  • Compléter le repas principal par des produits à base de céréales complètes, de légumineuses ou de pommes de terre. Les fruits à coque (noisettes, noix, ..) peuvent également y être ajoutés ;
  • Pour les produits d’origine animale, il est recommandé de privilégier la volaille, ou de la substituer par du poisson, des produits laitiers maigres ou des œufs.
  • Enfin, pour cuisiner, il est préférable d’utiliser de l’huile d’olive ou de colza, et de réduire au maximum l’ajout de sel (peut être compensé par des épices, herbes aromatiques, …

Pratiquer une activité physique contrôlée

L’activité physique est bénéfique pour les cœurs affaiblis. L’effort qu’implique une activité physique régulière permet au corps d’être mieux approvisionné en oxygène et renforce les muscles. Dans l’ensemble, vous vous sentirez plus performant et votre qualité de vie s’améliorera.

Pour pratiquer cette activité physique sans risque, il est important de consulter votre médecin, qui après examen, vous recommandera la plus adaptée à votre état de santé.

En général, les activités qui conviennent sont celles qui ne demandent qu’une force et des efforts modérés et se pratiquent dans la durée, par exemple: promenades, randonnées, vélo, danse, gymnastique douce, …

Il est impératif d’interrompre votre entraînement si des difficultés respiratoires surviennent, accompagnées de douleurs dans la poitrine ou autres symptômes de ce type. Le plus raisonnable et alors de consulter votre médecin avant d’envisager de reprendre.

Réduire/arrêter l’alcool et la cigarette

Que vous souffriez d’une maladie cardiaque ou non, il est important de continuer à vous permettre des plaisir, mais également avoir conscience que certains d’entre eux sont très mauvais pour votre cœur et d’autres organes.

Si vous fumez, vous ne pouvez rien faire de mieux pour votre cœur et pour votre santé que d’arrêter immédiatement. En effet, la fumée porte atteinte aux vaisseaux sanguins et réduit l’oxygénation du sang. Si, comme nombre de fumeuses et fumeurs, vous n’arrivez pas à arrêter tout-e seul-e, n’hésitez pas à faire appel à une aide professionnelle.

Trop d’alcool fatigue encore plus le cœur et porte atteinte à d’autres organes. Par conséquent, la consommation d’alcool se doit d’être très modérée.

Coagucheck : le groupement CCA dispense vos formations

De base, les examens de coagulation sanguine nécessitent le prélèvement d’un tube de sang après avoir mis en place un garrot. Pour la mesure du temps de saignement, une petite coupure très superficielle est réalisée généralement au niveau du lobe de l’oreille ou de l’avant-bras. En moyenne, les résultats sont disponibles dans les 24 heures qui suivent le prélèvement.

Le CoaguCheck INRange, un appareil d’analyse rapide et facile

Depuis peu, pour analyser la coagulation sanguine, un nouvel appareil est arrivé sur le marché : le CoacguCheck INRange.

Ce nouvel appareil d’analyse de la coagulation permet une estimation rapide et simple du délai de prothrombines par le patient lui-même. Le test s’effectue avec du sang capillaire frais.

Le système CoaguChek donne un résultat de INR précis à partir d’une simple goutte de sang prélevée sur le bout du doigt, et ce, en une minute seulement.

En une minute, on peut obtenir :

  • Les résultats de TP/INR ;
  • Un contrôle de la qualité intégré vérifiant automatiquement chaque bandelette ;
  • Une qualité et précision équivalant à celles du laboratoire.

Une thérapie efficace et simplifiée pour les patients

La plupart des patients préfèrent une petite piqûre au bout du doigt pour le test CoaguChek qu’une prise de sang intraveineuse pour une analyse en laboratoire.

Par ailleurs, les études montrent que les patients qui pratiquent l’autosurveillance sont plus enclins à être satisfaits de leur thérapie.

Selon les données cliniques, les patients qui effectuent fréquemment des tests ont un meilleur temps dans l’intervalle thérapeutique et subissent moins souvent d’épisodes mettant leur vie en danger.

Contactez-nous pour en savoir plus

Les Chirurgiens Cardiaques Associés rejoindront le Médipôle Lyon-Villeurbanne le 2 janvier 2019

Dès le 2 janvier 2019, les chirurgiens cardiaques, intervenant à la Clinique du Tonkin, opèreront au Médipôle Lyon-Villeurbanne, nouveau plus grand complexe hospitalier privé de France, fruit du rassemblement de la clinique du Tonkin et 6 autres établissements de santé de la région.

Le pôle de chirurgie cardiaque du Médipôle Lyon-Villeurbanne couvrira l’ensemble des domaines de la chirurgie cardiaque : chirurgie aortique, pontages, valves etc., ce qui fait du Médipôle Lyon-Villeurbanne un acteur majeur de cette spécialité sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans un premier temps, la consultation au 18 C rue du Tonkin, 69100 Villeurbanne sera maintenue.

C’est à partir de fin 2019, que les chirurgiens cardiaques changeront de lieu de consultation, la consultation au Médipôle Lyon-Villeurbanne remplaçant celle du Tonkin.

/!\ Nos numéros de contact restent inchangés jusque fin 2019.

En savoir plus sur ce nouveau lieu d’intervention.

Novembre, un mois pour arrêter de fumer

A l’occasion du #moissanstabac, initiative annuelle du Ministère de la santé, il est important pour nous, chirurgiens cardiaques, de vous informer sur les méfaits de la cigarette sur votre cœur et votre santé en général.

Le #moissanstabac est un défi collectif qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois avec le soutien de leurs proches. Pendant 30 jours, de nombreux contenus originaux sont diffusés pour sensibiliser et aider les fumeurs dans leurs démarches progressives d’arrêt du tabac. Plus encore, des ateliers de coaching en ligne sont mis en place.

La cigarette, un danger trop sous estimé

Une seule cigarette par jour représente déjà un danger imminent pour le cœur. Avec le tabac, le cœur et tout le système cardiovasculaire souffre. Il n’y a pas un certain seuil à atteindre pour se mettre en danger, la cigarette agit négativement même à faible dose.

Dans son étude complète, la Fédération française de Cardiologie explique qu’à court terme, le tabac «favorise la survenue de spasmes des artères (rétrécissement brutal), la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque ».

A plus long terme, le tabac abîme progressivement les artères, et de façon d’autant plus rapide et importante si d’autres facteurs de risque sont présents, comme un excès de cholestérol, une hypertension artérielle ou bien un diabète.

Et la cigarette éléctronique ?

Attention, des chercheurs de l’Université de Californie San Francisco et de l’Université George-Washington ont démontré récemment que le vapotage quotidien doublerait le risque de crise cardiaque chez les fumeurs.

Un point d’alerte important, qu’on peut également coupler avec le fait que parmi les fumeurs de cigarette éléctronique, beaucoup continuent à fumer des cigarettes classiques. Les risques de ces deux pratiques augmente encore la probabilité de crise cardiaque.

Vous souhaitez arrêter de fumer ? Trouvez les renseignements nécessaires sur la page dédiée du Ministère de la Santé

insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque : comment l’identifier ?

L’insuffisance cardiaque correspond à une incapacité du cœur à pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l’organisme. C’est un problème de santé grave qui se traduit, entre autres, par un essoufflement et une fatigue disproportionnés par rapport à l’effort produit. Sa fréquence augmente avec l’âge.

L’insuffisance cardiaque est caractérisée par une lourde mortalité (50% à 5 ans à partir de l’apparition des premiers symptômes). Pas moins d’1,5 milion de Français sont touchés par cette pathologie, et 70 000 en meurt tous les ans, soit 1 décès toutes les 7 minutes.

Seulement, on constate que les français ne savent pas ou peu identifier les symptômes liés à l’apparition de cette insuffisance cardiaque. En effet, selon une étude, sur 5000 individus, 72 % n’identifient que la douleur à la poitrine comme signe d’insuffisance cardiaque. Une situation problématique, puisque plus tôt elle est détectée, plus tôt on peut commencer son traitement.

Les symptômes les plus fréquents :

  • la fatigue constante ;
  • l’essoufflement au moindre effort ;
  • une respiration courte et sifflante et de la toux;
  • les palpitations cardiaques, voire des douleurs dans la poitrine ;
  • la soif (le corps cherchant à augmenter le volume sanguin) ;
  • une diminution de l’appétit ;
  • le besoin d’uriner fréquemment durant la nuit ;
  • un gain de poids (par rétention d’eau).

Si ces symptômes peuvent-être liés à d’autres pathologies, c’est surtout leur accumulation qui doit alerter l’individu et nécessiter un diagnostic au plus vite.

Attention : chez les personnes âgées, les symptômes de l’insuffisance cardiaque peuvent être particuliers. Au-delà de la fatigue, on identifie des troubles du comportement, de la confusion, de la désorientation, des mains et des pieds froids, des chutes, voire une prise de poids rapide. Ces symptômes sont peu évocateurs d’un problème cardiaque, ce qui peut retarder le diagnostic d’insuffisance cardiaque.

Le groupement CCA confirme son ascension dans le classement 2018 du magazine « Le Point »

point-2018

Ce jeudi 23 août, lors de la publication des classements 2018 du magazine « Le Point », le groupement CCA a découvert ses nouvelles positions en chirurgie cardiaque, à la clinique du Tonkin et à la clinique de la Sauvegarde.

Des positions qui évoluent positivement dans ces deux lieux d’intervention :

  • 2ème (sur 18 cliniques) pour l’équipe des chirurgiens de la Sauvegarde ;
  • 6ème (sur 18 cliniques) pour l’équipe des chirurgiens du Tonkin.

Des performances réjouissantes pour nos chirurgiens, pour qui expertise et excellence sont les mots d’ordre.

Chaque année, à la rentrée des vacances estivales, le magazine « Le Point » publie ses différents classements annuels sur les hôpitaux et cliniques de France. Une étude exhaustive mettant au banc d’essai pas moins de 1400 établissements de santé et 73 spécialités médicales.

Le classement national de cette spécialité :

classement-chir-cardiaque-2018

 

Le groupement CCA sélectionné par le CHU de Nantes pour étudier le MitraClip®

Le MitraClip® est une solution alternative à la chirurgie de réparation, essentiellement réservée aux patients présentant des contre-indications à une intervention chirurgicale. C’est une technique mini-invasive sans chirurgie.

Cette nouvelle technique non-chirurgicale, évitant une opération à cœur ouvert, permet de réparer efficacement une défaillance de la valve mitrale. Le MitraClip® présente aussi l’avantage de réduire considérablement le risque lié à une chirurgie lourde et est aussi beaucoup moins coûteux.

Le CHU de Nantes, l’un des pionniers en France dans la pose du Mitraclip® mène depuis Janvier 2018 une étude sur 3 ans, visant à démontrer la non-infériorité en terme d’efficacité clinique du Mitraclip® , en comparaison au traitement chirurgical conventionnel.

Pour réaliser cette étude, les chirurgiens cardiaques de la Clinique du Tonkin, la clinique de la Sauvegarde et du Centre Hospitalier Annecy Genevois ont été sollicités.

Démontrer l’efficacité du MitraClip® dans des cas de fuite mitrale sévère

« Étude multicentrique randomisée évaluant le système de réparation percutanée de la valve mitrale MITRACLIP® dans la prise en charge des insuffisances mitrales primaires chez des patients éligibles à une chirurgie mitrale à risque intermédiaire à élevé »

Le sujet d’étude (cité ci-dessus) est dédié à démontrer la fiabilité et l’efficacité de l’alternative MitraClip® par rapport à la solution chirurgicale conventionnelle, dans des cas de fuitre mitrale primitive sévère.

L’objectif de cette étude est d’étendre les possibilités d’utilisation du MitraClip® sur des patients non préposés aux interventions chirurgicales et souffrant de défaillances grave de la valve mitrale.


Une étude menée sur 3 ans, avec une durée de suivi de 2 ans, qui inclura plus de 300 patients, sélectionnés et triés selon des critères et degrés de sensibilité :

  • Fragilité pour les activités de base de la vie quotidienne (repas, hygiène corporelle, habillage, locomotion, …) ;

  • Fragilité d’organe ;

  • Risques opératoires.

27 centres participants

Pour mener à bien cette étude sur 3 ans, le CHU de Nantes s’est entouré de 27 centres participants, dont le groupement CCA à Lyon, composé des Dr. Doisy, Chavanis, Curtil, Frieh, Nlogan, Vigneron, Wautot et Gerelli.

Une étude qui devrait, pour nos chirurgiens cardiaques, étendre le champ d’application du MitraClip®, véritable avancée scientifique et révolution pour notre domaine.

En savoir plus sur le MitraClip®.

Soutien des chirurgiens cardiaques au Dakar 2018 pour les enfants hospitalisés

Les Chirurgiens Cardiaques soutiennent Gérard TRAMONI médecin anesthésiste à la Clinique du Tonkin dans sa participation au Paris Dakar 2018 pour les enfants Hospitalisés.
Gérard TRAMONI associe ainsi les plus fragiles, des enfants hospitalisés, à un défi et évènement prestigieux le Paris Dakar.
Il roule pour les enfants hospitalisés et leur fait partager sa course.
Les enfants et vous tous pouvez suivre cette aventure sur :
Gérald TRAMONI est un ancien médecin du Dakar.

Trophée de l’innovation attribué par la Fédération de l’Hospitalisation Privée !

Le 15 juin 2017, lors de la cérémonie de remise des 13ème Trophées de l’Hospitalisation Privée de la région Rhône-Alpes, l’équipe des Chirurgiens Cardiaques de la Cliniques de la Sauvegarde a remporté un trophée dans la catégorie Spécialité & Innovation Médicale.

Le Docteur Curtil accompagné de Carole Combaz, Chef de Pôle en chirurgie cardiaque-cardiologie, ont défendu avec succès le projet sur l’arrivée du 1er patient à J0 en chirurgie cardiaque.

> Accéder à la note d’information

Découvrez le film sur le patient J0

Classé 4ème en Chirurgie Cardiaque – Classement Le Point, Août 2017

Les chirurgiens cardiaques intervenant à la Clinique de la Sauvegarde sont classés en 4ème position en chirurgie cardiaque dans le classement du Point d’août 2017.

Cette belle performance s’accompagne de la 8ème place pour l’équipe des chirurgiens cardiaques intervenant à la Clinique du Tonkin.

Le classement repose sur 19 cliniques.

Classé 1er en Chirurgie des Valves et Pontage – Classement Hors-série Santé Mag2 Lyon Mars 2017

Les Chirurgiens Cardiaques intervenant notamment à la Clinique du Tonkin et à la Clinique de la Sauvegarde sont classés 1er pour certaines interventions dans le 1er hors série Santé publié par Mag2 Lyon en mars 2017, le guide annuel de la région Auvergne, Rhône-Alpes.

L’équipe des Chirurgiens Cardiaques Associés intervenant à la Clinique du Tonkin réalise une belle performance en se classant à la 1ème position de ce  classement pour la Chirurgie des Valves du Coeur et pour la Chirurgie des Valves par Endoscopie. C’est la technique du TAVI.

L’équipe des chirurgiens cardiaques exerçant à la Clinique de la Sauvegarde  est elle aussi très bien placée puisqu’elle occupe la 1ère place pour les pontages suivi par la Clinique du Tonkin.

Soutien des chirurgiens cardiaques à un Dakar pour les enfants hospitalisés

Les Chirurgiens Cardiaques soutiennent Gérard Tramoni médecin anesthésiste à la Clinique du Tonkin dans sa participation au Paris Dakar pour les enfants Hospitalisés.
Gérard Tramoni associe ainsi les plus fragiles, des enfants hospitalisés, à un défi et évènement prestigieux le Paris Dakar.
Il roule pour les enfants hospitalisés et leur fait partager sa course.
Les enfants et vous tous pouvez suivre cette aventure sur :
Gérald Tramoni est un ancien médecin du Dakar.

Classé 3ème en Chirurgie Cardiaque – Classement Le Point Août 2016

L’équipe des Chirurgiens Cardiaques Associés intervenant à la Clinique de la Sauvegarde réalise une belle performance en se classant à la 3ème position du classement dédié à la spécialité de la chirurgie cardiaque. Ce classement a été publié dans le magazine Le Point d’août 2016.

L’équipe des chirurgiens cardiaques exerçant à la Clinique du Tonkin est elle aussi très bien placée puisqu’elle atteint la 5ème position.

Excellents résultats dans Mag2 Lyon Juillet-Août 2016

L’équipe des Chirurgiens Cardiaques Associés Lyon-Annecy obtient d’excellents résultats dans le classement des établissement lyonnais en chirurgie, réalisé par Mag2 Lyon dans son numéro de juillet-août 2016.

Clinique du Tonkin

1er en Remplacements Valvulaires devant Cardio, Sauvegarde et Infirmerie Protestante.
Les valves du cœur peuvent se rétrécir ou ne plus être hermétiques donc fuir. Ce qui nécessite une intervention car le risque est vital.

Clinique du Tonkin

1er en Remplacements Valvulaires par endoscopie devant Hôp Cardio, Sauvegarde et Infirmerie Protestante.
Les chirurgiens cardiaques peuvent réaliser cette intervention sur les valves par voie endoscopique. C’est la technique TAVI. Environ 400 Lyonnais ont bénéficié de cette technologie en 2015.

Clinique de la Sauvegarde

1er en Pontages devant Tonkin, Hôp Cardio et Infirmerie Protestante .
Cette intervention qui a concerné plus d’un millier de Lyonnais en 2015 vise à améliorer l’apport de sang dans le cœur, fragilisé par l’accumulation de plaques à l’intérieur des artères.

 

Ce classement est réalisé à partir des données du PMSI, Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information de 2015.

Les critères retenus sont: l’activité, la notoriété, l’ambulatoire, la durée moyenne de séjour, le taux de gravité, le statut

Intervention du Docteur DOISY : Congrès du 28 au 29 avril

Le Docteur Vincent DOISY participe au 3ème Symposium International des Îles Baléares et au
26ème Congrès de la Réparation Valvulaire Mitrale qui a lieu du 28 au 29 avril à Palma de Majorque.
Il présentera les nouvelles technologies utilisées en Réparation Valvulaire Mitrale en Chirurgie Mini-invasive.

Cliquer ici pour plus d’informations

Réparation mitrale percutanée

Le Mitraclip : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une technique pour la prise en charge de l’insuffisance mitrale par voie percutanée.
Encore en cours d’évaluation, elle est réservée aux malades contre-indiqués en chirurgie et présentant une fuite sévère de la valve mitrale de grade supérieur à 3/4.
Le groupement des chirurgiens cardiaques suit les évolutions technologiques et a commencé à prendre en charge cette technique de pointe.

Le principe de la réparation mitrale percutanée

La chirurgie reste le traitement de référence pour le traitement de l’insuffisance mitrale sévère.
La réparation mitrale percutanée n’est pas un traitement alternatif à la plastie mitrale, c’est une technique réservée aux patients inopérables, ses résultats publiés étant très inférieurs à la réparation mitrale chirurgicale par vois mini-invasive.

La technique

Pour remédier à la perte d’étanchéité de la valve mitrale, cette intervention consiste à poser un clip qui réunit les feuillets de la valve mitrale afin de corriger le défaut de fermeture et de réduire le reflux de sang du ventricule gauche vers l’oreillette gauche. Ce dispositif est posé par voie percutanée mitrale et remplace la suture qui est réalisée par voie chirurgicale.
Le système comprend un bras orientable et un cathéter de pose incluant un dilatateur. Le clip est composé d’alliage de cobalt-chrome et de toile polyester. Il mesure 15 mm de long.
Le geste de réparation mitrale percutanée est réalisé sous anesthésie générale dans une salle hybride qui associe le matériel de cardiologie interventionnelle (imagerie angiographique de haute performance) et l’équipement d’un bloc opératoire de chirurgie cardiaque, et qui permet de réaliser des échocardiographies transoesophagiennes.
La collaboration d’une équipe pluridisciplinaire est cruciale dans cette intervention qui associe :

  • un anesthésiste (la pose s’effectue sous anesthésie générale)
  • un cardiologue interventionnel
  • un chirurgien cardiaque
  • un échographiste (son rôle est essentiel car c’est lui qui guide le cardiologue et le chirurgien)

Déroulement de l’intervention

Un bilan pré-opératoire est effectué. Il comprend une échographie transoesophagienne qui est capitale pour effectuer les différentes mesures anatomiques préalables (taille et épaisseur des feuillets, surface valvulaire, dimension de l’oreillette gauche et du septum) et pour évaluer la faisabilité de la pose du Mitraclip ®. Cet examen peut être complété d’un scanner thoraco-abdominal.
Au moyen d’une ponction dans la veine fémorale, une gaine est introduite dans l’oreillette droite, puis dans l’oreillette gauche par ponction transeptale. Cette gaine permet d’insérer un système de mise en place du clip qui est manœuvré par le cardiologue sous contrôle échographique et par guidage fluoroscopique.
Une fois le clip en place, la fuite résiduelle est évaluée sous échographie. Il peut être repositionné jusqu’à obtenir une réduction d’au moins 50 % de la fuite.
Lorsque le résultat obtenu est satisfaisant, le clip peut être détaché du dispositif d’implantation, qui est alors retiré.